fbpx

Sois audacieux, sois courageux

« Il n’y aura plus jamais de prophète comme Moshé … et tout ce qu’il a fait devant tout Israel. » Devarim 34:12

Dans ces derniers Pesoukim de la Torah, Hashem retrace la grandeur de Moshé.

Rashi nous enseigne que « tout ce qu’il a fait devant Israel » fait référence aux louhotes qu’il a brisées. Lorsque Moshé est descendu du Har Sinai, il a vu le peuple juif avec le veau d’or. Il prit alors les louhotes, et devant la nation entière, les jeta contre les rochers. Après cela, Hashem lui dit » bravo, tu as bien fait ! »

Cela montre que la décision de briser les louhotes était celle de Moshé. Ainsi cela prouve aussi la haute stature de Moshé.

Ce Rashi est difficile à comprendre. Bien que cela nous montre à quel point Moshé était audacieux, nous pouvons nous poser la question : quel droit avait-il de briser les louhotes ? Elles appartenaient à Hashem. Moshé n’était qu’un émissaire pour les transmettre au peuple juif. Si Moshé pensait qu’ils n’étaient pas assez méritants pour les recevoir, il aurait du retourner vers Hashem et lui demander ce qu’il devait faire avec ! Ce qui rend cette question plus complexe est le fait que les louhotes fassent partie des objets les plus sacrés qui aient été créés. Les morceaux des louhotes ont été gardés dans le Aron et transportés partout avec le peuple juif. Les détruire était pire que de brûler un Sefer Torah !

Pour Moshé, accomplir un tel acte, semble totalement inapproprié. Pourtant, non seulement Moshé l’a fait, mais la Torah le montre en tant qu’exemple de sa grandeur.

La réponse à cette question, repose dans la compréhension du rôle de l’homme dans le monde. Lorsqu’Hashem a créé l’homme, Il lui a donné les clefs de la Création. Hashem a mis le monde dans les mains de Adam Harichon.

Sois audacieux, sois courageux

Moshé avait compris son rôle en tant que dirigeant du peuple juif, et il avait compris qu’il y a certaines situations qui exigent de prendre des décisions audacieuses. Il ressentit que le peuple juif avait besoin de se rendre compte de la gravité de ce qu’ils venaient de faire. Pour comprendre l’ampleur de leur faute, ils avaient besoin d’un message bien clair et visuel. Briser les louhotes leur donnerait le choc dont ils avaient besoin. Moshé n’a donc pas hésité. Il n’a même pas demandé à Hashem si c’était une bonne idée. Il avait pensé que c’était sa responsabilité de donner cette leçon au peuple juif à cet instant.

Ceci est un point particulièrement fort, car la Torah appelle Moshé, l’homme le plus humble du monde. Normalement, lorsque l’on pense à une personne humble, on pense à quelqu’un qui est doux et indécis. Pas à un homme qui sois si audacieux. Pourtant, cet homme très humble, a agi avec tellement de pouvoir et de conviction, qu’il semble presque contraire au concept d’humilité.

La plupart du monde se trouve dans 2 positions opposées. Sois la personne se trouve insignifiante, et passe sa vie à chercher quelque chose pour compenser ses manques. Sois la personne passe son temps à maintenir un sens d’orgueil et de haute performance.

Les deux positions sont erronées.

Hashem a créé l’homme au centre de l’univers. Il est la raison de l’existence du monde et de tout ce qui existe. Il a été investi d’énorme potentiel. Il peut penser, il peut faire, il peut accomplir. Il a un esprit qui est intelligent et créatif. Il devrait ressentir une immense fierté rien qu’à l’idée d’être au centre du monde.

Mais cette fierté est tempérée par la compréhension de la réalité de l’homme. Nous avons été mis dans ce corps. Nous n’avons pas créé notre esprit.

Mais alors suis-je grand ou petit ?

La réponse est : les deux.

Nous avons été créés à l’image d’Hashem et nous pouvons accomplir d’immenses bienfaits. D’un autre coté, je suis le petit homme qui manipule les leviers de la grande machine. Je ne suis qu’un émissaire.

Moshé Rabénou comprit cela totalement, et put être réellement humble. Mais il a aussi comprit son rôle et son influence. Lorsqu’il était temps d’agir, il fut audacieux car il avait compris la grandeur de sa position dans le monde. Pourtant il est resté très modeste.

Cette perspective équilibrée nous aide à comprendre notre grandeur innée, sans pour autant se détourner de l’humilité dont nous avons besoin. Bien qu’il valait la peine d’avoir créé le monde entier juste pour moi, je ne suis qu’une création et un serviteur d’Hashem.

Ceci est un extrait de la Shmuz sur le livre de Parsha..

Get The Shmuz on the go!