fbpx

Hishtadlout pour une Mitsvah

« Et tu feras une Menorah d’or pur, elle sera faite d’un seul morceau. Sa base, son tronc, ses gobelets, ses boutons, et ses pétales seront faits d’elle. » Shemot 25:21

Moshé Rabénou fut chargé de la construction du Mishkan, la résidence d’Hashem dans ce monde. Bien que ses constituants soient très compliqués, les intentions nécessaires le sont encore plus.

L’outil le plus compliqué est la Menorah. Son design est tellement élaboré, que même après qu’Hashem ait expliqué a Moshé comment la construire, Moshé n’a toujours pas compris sa nature, et n’a pas réussi à la former. Hashem dut donc montrer à Moshé une image de la Menorah en feu pour que Moshé puisse l’imiter.

Pourtant, Rashi nous dit qu’au moment où Moshé a dû construire la Menorah il ne pouvait toujours pas comprendre sa structure et Hashem lui dit de jeter le bloc d’or dans le feu et qu’elle se formerait elle-même.

Ceci est difficile à comprendre. Clairement, construire cette Menorah allait au-delà de toute capacité humaine. Si Hashem savait que Moshé n’arriverait pas à la construire, pourquoi lui a-t-il montré une image dans le feu et ne lui a pas directement dit de jeter le bloc dans le feu ?

Équilibre entre Bitahone et Hishtadlout

La réponse à cette question est basée sur notre compréhension de l’implication d’Hashem dans ce monde, et notre devoir de faire des efforts.

La question qui subsiste est si Hashem détermine tout ce qui se passe dans le monde, alors quel est mon rôle ?

Combien d’efforts dois-je investir ?

Le Hovot Halevavot nous enseigne que nous avons le devoir d’agir bederekh hatevah. En d’autres termes, nous avons le devoir d’agir comme si les résultats seraient dépendants de nous tout en sachant qu’Hashem est le maître de tout.

Nous travaillons pour gagner de l’argent, tout en sachant que le montant qu’on est censé recevoir a été prédestiné à Rosh Hashana. Nous avons le devoir de nous protéger et de nous guérir bien qu’Hashem domine notre vie du début a la fin.

Le meilleur conseil pour nous aider à choisir le niveau parfait de Hishtadlout, est de prétendre qu’Hashem n’est pas présent. Cependant il y a des situations qui exigent de changer cette Hishtadloute. Par exemple si le Derekh Hatevah entre en conflit avec la Halakha, alors les efforts doivent changer. Si mon travail exige que je travaille aussi le Chabat, alors je dois « oublier » le derekh hatevah, et me reposer sur un niveau plus élevé de Bitahone.

Lorsque quelque chose est impossible à accomplir selon les lois de la nature, alors il faut se baser sur notre Bitahone. Notre rôle est d’utiliser notre meilleur jugement et savoir que si Hashem veut que l’on réussisse Il le fera d’une manière ou d’une autre.

Nous utilisons le système d’Hashem, mais nous recevons toujours les compliments lorsque nous avons accompli quelque chose bien que ce soit Hashem qui ait tout fait.

Dans ce monde lorsque nous accomplissons quelque chose de positif nous en recevons les honneurs, même si Hashem en est le maître. La raison en est qu’Hashem a créé cette dimension de Tévah derrière laquelle Il se cache, et il semble alors que c’est nous qui sommes derrière cette action.

Cela semble être la réponse a notre question. Hashem voulait que la Menorah soit créée par un être humain. Mais cela était impossible. L’Hishtadlout de Moshé était donc de faire tout ce qui était en son pouvoir, et ensuite de compter sur Hashem pour faire le reste.

Cependant pour qu’il reçoive l’honneur d’avoir construit la Ménorah, il devait avoir une vision de ce qui devait être accompli. Une fois qu’il avait ce concept en tête, le fait de jeter le bloc d’or dans le feu serait considéré comme s’il l’avait entièrement construite.

Bitahone dans notre vie

Ce concept peut s’appliquer a nous. Dans la plupart des situations nous devons suivre le chemin de la nature, et ensuite construire notre approche en fonction.

Cependant il y a plusieurs situations où nous avons atteint un point où il n’y a pas de voie claire à poursuivre. Une fois que nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir et utilisé notre meilleur jugement, nous pouvons nous en remettre à Hashem pour le reste.

Nous devons avoir une vision de notre résultat, et savoir où nous voulons aller. Même si nous ne savons pas comment y arriver nous devons avoir confiance en Hashem pour nous guider et nous y faire parvenir.

Ceci est un extrait de la Shmuz sur le livre de Parsha..

Get The Shmuz on the go!