Noa’h: Croire et ne pas croire

Hashem dit à Noa’h que toute sa génération était mauvaise, et serait détruite. Seuls lui et sa familles et certains animaux seraient sauvés. Hashem lui ordonna alors de construire une Téva dans laquelle ils vivraient pendant presque 1 an.

Lorsque le déluge commença, la Pasouk dit que Noa’h et sa famille allèrent dans la Téva “ à cause du déluge”. Rashi observe que le Pasouk implique que Noa’h est allé dans la Téva à cause du déluge et non pas par ordre d’hashem. Par conséquent, Rashi dit que Noa’h était “croyant et non croyant.” D’un côté, il croyait qu’Hashem amènerait le déluge, d’un autre côté, il ne croyait pas que cela allait se passer. C’est pourquoi il n’est rentré dans la Téva que quand l’eau lui a forcé de le faire.

Ce rashi est difficile à comprendre si nous prenons en compte le contexte de cet évènement.

Noa’h était un Tsadik

Noa’h est appelé Tsadik, un homme juste. Dans sa génération il était considéré comme un exemple, et c’est par lui qu’Hashem a décidé de reconstruire le monde. Alors comment est-il possible qu’il n’ait pas cru qu’Hashem enverrait le déluge?

De plus, pourquoi Hashem a-t-il demandé à Noa’h de construire une Téva? S’Il voulait détruire cette génération Il aurait pu le faire sans demander à Noa’h de devenir un menuisier.

Rashi répond qu’Hashem voulait donner un dernier avertissement à cette génération. Lorsque les gens verraient Noa’h construire une arche, ils lui demanderont pourquoi et il leur dirait qu’Hashem allait envoyer un déluge et qu’ils doivent faire Téchouva.

Pendant 120 ans, alors qu’il construisait une Téva, Noa’h avait comme mission d’influencer les gens de sa génération à faire Téchouva.

Nous avons donc un homme qui est un Tsaddik, à qui Hashem s’addressait directement. Hashem lui a dit exactement ce qui allait se passer. Il transmettait ce message à tout le monde. Comment est-ce possible qu’il n’y croyait pas lui-même?

La nature de l’homme

Pour cela nous devons comprendre la nature de l’homme. Lorsqu’Hashem a créé l’homme, il a joint 2 éléments opposés dans une même entité. Une partie de moi ne désire que le bien, et de me rapprocher d’Hashem.  Cette partie de moi, la Nefesh Hasikhli, l’âme spirituelle, est intacte, pur intellect. C’est la partie de moi qui comprend vraiment pourquoi j’ai été créé.

Cependant, il y a une autre partie en moi. La Nefesh Habehamite, ou âme matérielle. Cette partie n’est attirée que par ce qui est physique. Elle ne voit que le présent. Si je je ne peux pas le voir, l’entendre, le sentir, alors cela n’existe pas.

Lorsque je m’engage dans une activité spirituelle, ces 2 entités sont en conflit direct. Par exemple quand je prie, une partie de moi recherche à se rapprocher d’Hashem, l’autre partie s’ennuie.

Tant qu’une personne est en vie, il ya aura une partie qui reniera l’existence d’Hashem. Pas parce qu’on est rebelle ou qu’on veut faire quelque chose de mal, mais parce que notre corps est incapable de voir ce qui n’est pas physique.  Plus la personne grandit, plus elle se rapproche de son côté spirituel.

La réponse à Noa’h

La réponse semble être que Noa’h était un vrai croyant. Il avait une croyance forte que tout ce qu’Hashem dirait s’accomplirait. Mais la partie de Noa’h qui ne pouvait pas voir Hashem, ne pouvait donc pas Le croire et Le comprendre. Cette partie de lui, renia le déluge.

Même un Tsadik, qui a passé 120 ans de sa vie à dire aux gens qu’Hashem allait envoyer le déluge, était quand même humain, et donc ne pouvait pas totalement croire que cela allait réellement se passer. Ce n’est seulement une fois que la pluie est tombée, que c’est devenu réél.

Les ténèbres de la physicalité

Ce concept peut s’appliquer à nous, car peu importe la grandeur de l’homme, il y aura toujours une partie de lui qui reniera toute spiritualité. D’un autre côté il y a une autre partie qui saura toujours qu’Hashem est présent à chaque instant et qu’il dirige le monde.

La grande épreuve de la vie, c’est de permettre à cette compréhension interne de remonter à la surface et de dominer le corps. En se travaillant sur la Tefillah, en étudiant la Torah… ces compréhensions deviennent plus fortes et plus vivides. Mais la personne doit se souvenir que tant qu’on est humain, il y aura de la brume autour de ses pensées, une obscurité concernant toute spiritualité, parce qu’elles restent cachées derrière un monde de physicalité.