fbpx

Le Lashone Hara tue!!!

Rav yanni s’exclama: “Toute ma vie, j’ai lu ce Pasouk, mais je n’ai jamais apprécié sa  simplicité, jusqu’à ce que ce colporteur me le révèle!” – Vayikra Rabba 16:2

Qu’est ce que le colporteur a révélé à Rav Yanni?

Il semblerait que Rav Yanni ait appris une grande leçon de ce colporteur, quelque chose de si fort que cela ait influencé aussi bien sa perspective que ses actions. La difficulté de ce Midrash est qu’il ne semble pas que Rav Yanni ait appris quoi que ce soit de nouveau. Il connaissait évidemment ce Pasouk avant même que ce colporteur ne le lise. Il a probablement revu ces mots des centaines de fois auparavant. En tant que Tanna, il avait maîtrisé toute la Torah et en avait compris le sens, la profondeur, et les implications de ces mots. Quel nouveau concept a-t-il appris de ce colporteur

La réponse peut être mieux comprise à travers un mashal. Imaginez que des parents recherchent la meilleure Yeshiva pour leur fils. Après beaucoup d’investigations, ils trouvent la parfait Yeshiva. Elle a un bon environnement, le bon genre de garçons, un ajustement et un mélange parfaits. Mais soudain ils entendent la nouvelle. Les garçons fument!

“Oh non! Que faire?” s’exclament ils, “Cela peut être une super Yeshiva, et notre fils pourrait s’épanouir là-bas, mais tout le monde sait que fumer tue. C’est une habitude qui est très dure à cesser. Cela n’en vaut pas la peine.”

Ils décident donc de ne pas envoyer leur fils dans cette Yeshiva.

Il se pourrait que nous discussions leur décision, bien que personne ne nierait qu’ils aient une préoccupation valide. Après tout, de mauvaises habitudes sont vraiment dures à changer, et fumer a de graves conséquences sur la santé.

À présent, observons le même scenario avec juste un petit changement: même jeune home, même Yeshiva, même endroit parfait. Cependant au lieu de découvrir que les garçons fument, ils découvrent qu’ils disent du Lashone Hara. Qu’attendons nous comme réaction de la part des parents?

“Oh non! La Torah nous avertit contre le Lashone Hara. Avec juste une conversation, une personne peut violer des dizaines de commandements. Et pire, cela peut devenir une mauvaise habitude pour la vie. Le Lashone Hara tue… Cela pourrait être une super Yeshiva, mais nous ne pouvons pas en prendre le risque!”

En toute honnêteté, cela ne semble pas être une réponse que l’on attendrait.

Il serait plus probable d’entendre: “Écoute, nous ne sommes pas heureux  de l’apprendre, mais ce n’est pas une raison de disqualifier une si bonne Yeshiva.”

Analysons la différence de réaction. Assumant que ce soient des parents bien éduqués, ils savent que la Torah nous dit clairement et définitivement que dire du Lashone Hara tue, et que garder sa langue, est une garantie de longue vie par la Torah. Ils ont entendu beaucoup de chiourims sur la sévérité de cette action, et ils ne la questionnent pas.

D’un autre côté, ils sont au courant que, bien que fumer ait une forte corrélation envers diverses maladies, ce n’est qu’un petit pourcentage de gens qui meurent à cause de ces maladies.

Donc, fumer, qui pourrait causer la mort, ils en ont peur, pourtant, le Lashone Hara qui est certain de tuer, ils n’en sont pas troublés. Comment comprendre cette anomalie?

La réponse en est que lorsque la science nous dit quelque chose, nous l’acceptons en tant que vérité. Ce sont les faits. C’est la réalité. Malheureusement, lorsque la Torah nous dit quelque chose, ce n’est pas réel. “Cela nécessite beaucoup d’Emouna pour l’accepter. Je ne suis pas à ce niveau.” Et donc dans l’esprit de ces parents, le Lashon Hara…eh bien… ce n’est pas vraiment une Mitzvah, et ce n’est surement pas aussi dangereux que la cigarette! Fumer tue réellement!”

Cela semblerait être la réponse de Rav Yanni. Aussi grand qu’il était, et aussi bien qu’il acceptait chaque mot de Torah comme étant vrai, en quelque sorte ce n’était pas totalement réel pour lui. Le colporteur révéla à Rav Yanni que la Torah nous apprend que le Lashone Hara tue, dans son sens le plus simple. Cela devint donc réel pour lui.

La plus grande distance au monde, se tient entre l’esprit et le Cœur.

Nous pouvons en tirer deux grandes leçons. La première est simplement de comprendre la gravité des mots que nous disons; leur effets sur les autres mais aussi sur nous-même. La deuxième leçon a une plus grande ramification, et impacte tous les endroits de notre croissance. Nous, en tant qu’humains, sommes motivés par ce que nous considérons important. Si nous vivons dans une culture qui utilise l’argent et les possessions matérielles comme mesure de succès, cela nous affecte et devient partie de notre réalité. Cela devient un but qui vaut la peine de poursuivre, quelque chose sur lequel nous nous basons pour mesurer nos accomplissements. Bien que nous sachions que nous ne pouvons pas l’emporter avec nous, notre système de valeur devient tordu. Cela impacte notre concentration, et la façon dont nous passons notre temps.

L’un des aspects les plus importants dans la croissance, c’est de rendre les valeurs de la Torah réelles. Pas juste en théorie, pas en tant qu’idée distante, mais l’intérioriser et comprendre que chaque mot de Torah est vrai. Bien que nous ne le ressentions pas encore, peut-être un jour. Un jour nous comprendrons que chaque mot de Torah est plus précieux que des pierres précieuses. Un jour nous apprécierons que chaque remarque que nous faisons, se retournera contre nous. Et un jour, nous reconnaîtrons que chaque action et pensée, est enregistrée et nous sera montrée à la fin de notre vie.

Le plus nous nous concentrons sur le système de valeurs de la Torah, le plus cela devient réel pour nous, et le plus nous serons motivés par ce qui possède une vraie valeur.

Ceci est un extrait de la Shmuz sur le livre de Parsha..

Get The Shmuz on the go!