fbpx

La grandeur de l'homme

“Si un homme commet un crime passible de mort, il devra être mis à mort, et tu devras le pendre sur un  arbre.”  Devarim 21:22

La punition de lapidation

Parmi les 4 punitions capitales de la Torah, la plus grave est celle de Sekilah. Après être tué, le criminel doit être pendu publiquement, afin que chacun puisse le voir et ne pas refaire ce qu’il a fait.

Pourtant, la Torah nous dit qu’il ne faut pas que son corps reste pendu pendant trop de temps. Il doit être enterré le même jour, sinon c’est une honte pour le Roi.

Rashi explique: “C’est une honte pour le Roi d’avoir un humain pendu parce que l’homme a été créé à l’image d’Hashem. Puisque le peuple juif est appelé “le fils d’Hashem” alors la honte est encore plus grande. C’est pourquoi le corps doit être enterré le jour même avant la shkiah.”

Rashi donne un Mashal. On peut comparer cela à des jumeaux identiques. L’un des frères s’élève dans les hauts rangs, et finit par devenir roi. L’autre frère devient un criminel. Il finit par être attrapé et est pendu. Puisqu’il est identique au roi, quiconque passerait dirait: “Regarde, c’est le roi qui est pendu!” Sans se rendre compte que c’est son frère. C’est pourquoi nous ne pouvons prendre le risque de créér un embarras pour Hashem.

Ce Rashi est difficile à comprendre. Ce Mashal implique que celui qui voit un homme pendu, pourrait le confondre avec Hashem.

Comment est-ce possible? Hashem a créé le ciel et la Terre, l’homme tient tout juste jusqu’au bout de la journée. Hashem est éternel. L’homme ne sait pas s’il se réveillera le lendemain. Comment peut-on confondre l’homme avec Hashem?

Réplique vs Représentation

Si vous montez dans l’ascenseur jusqu’au 86ème étage de l’Empire State Building, vous trouverez un magasin de souvenirs qui vend des modèles du monument dans lequel vous vous trouvez. Ce sont des répliques. Une réplique rappelle l’original à la personne. Ce n’est qu’une miniature, et on ne la confondrait pas avec l’original, mais il y a une sorte de souvenir du vrai en elle.

D’un autre côté, un drapeau n’est pas juste un morceau de tissu qui nous rappelle un certain pays. Il symbolise la nation elle-même. C’est une représentation du pays. Le drapeau américain n’a pas le droit de toucher le sol. Cela serait considéré comme un affront pour les gens qu’il représente. De même, un trône est bein plus qu’une chaise sur laquelle le roi s’asseoit. Il représente la noblesse et dignité du roi. Si quelqu’un s’asseoit sur le trône, c’est un affront à l’honneur du roi.

Si la Torah voulait nous enseigner que l’homme était une réplique d’Hashem, ou encore une représentation de Lui, ce serait un grand changement de perspective dans laquelle nous percevons l’homme. Rashi semble dire que l’homme est bien plus qu’une réplique ou une représentation d’Hashem. L’homme est dans une toute autre catégorie. Pour comprendre ce rashi, il nous faut comprendre le rôle qu’Hashem a donné à l’homme en le mettant dans ce monde.

Toute manifestation matérielle a un équivalent spirituel

Hazal nous explique que toute manifestation matérielle a un équivalent spirituel. L’équivalent spirituel de la Création est maintenue par l’homme. S’il accomplit sa mission dans ce monde, il s’élève et le monde avec lui. S’il ne vit pas en accord avec sa mission, alors lui et le monde devient abimé. Dans le cas de Adam, une faute a causé un changement radical dans la destinée du monde et de l’humanité. Hashem a placé les clés de la Création dans les mains de l’homme.

Nous ne le voyons pas parce que nous voyons le monde dans sa forme physique et nous ne voyons qu’une existence statique. La physicalité est. La matière existe. Un morceau de bois ne bouge pas. Mais si vous demandez à un scientifique, il vous dira que ce morceau de bois est compris de milliards d’electrons qui tournent dans un mouvement constant. Il y a bien plus que ce que l’on voit.

De même, la dimension spirituelle de l’existence est en constant mouvement. Pour que son existence continue, il faut que l’homme agisse. Ses actions et décisions attisent l’état spirituel de l’existence, et le matériel aussi.

L’homme en tant que partenaire dans la Création

Hashem est le Créateur, et Celui qui maintient le monde. Le cosmos entier dépend de Lui. Hashem a mis l’homme au centre de la Création et a fais que le monde soit dépendant de lui. Si nous étions à l’écoute de la façon dont la Torah perçoit l’homme, nous le verrions entant que celui qui maintient la physicalité. Dans ce sens il est presque comme un créateur lui-même, le monde dépend de lui pour son existence.

C’est ce que rashi amène avec son mashal. Si l’on comprend le vrai but de l’univers, on comprendrait que l’homme est bien plus important qu’une réplique ou qu’une représentation d’Hashem. L’homme est si grand, qu’on pourrait le confondre avec un Créateur.

La Torah nous enseigne à voir l’homme d’une perspective complètement différente. On devrait regarder l’homme et dire: “C’est l’homme! L’homme est créé à l’image d’Hashem! Nous devons beaucoup d’honneurs à cette personne! Évidemment, ce concept va affecter grandement la façon dont nous traitons les autres. Mais cela va aussi changer significativement la façon dont nous voyons notre potentiel et combien nous devons attendre de nous-même.

Ceci est un extrait de la Shmuz sur le livre de Parsha..

Get The Shmuz on the go!