fbpx

Tout le monde regarde les choses comme je le fais

“Et je lui ai demandé: Qui est ton pere? Et elle a dit: “Je suis la fille de Betouel…”  et j’ai placé le bracelet sur sa main.” Bereshit 24:47

Eliezer le serviteur loyal d’Avraham, fut chargé d’une mission: trouver une femme pour Yitshak. Avant de l’envoyer, Avraham Avinou le prévient de ne prendre qu’une fille de sa famille et de la maison de son pere. Eliezer demanda ensuite un signe à Hashem. “Que celle à qui je demande de l’eau, si elle me répond, je te donnerai à toi mais aussi à tes chameaux, ce sera celle qui est choisie pour mon maître.” Bereshit 24:14. Sa réponse serait le signe. Si tout arriverait comme il l’a prévu, alors ce serait la femme désignée pour Yitshak.

Juste après avoir fini sa prière, voila Rivka qui s’approche du puits. Eliezer lui demande à boire et elle lui répond qu’elle  donnera aussi à ses chameaux. L’enthousiasme et l’empressement de Rivka impressionnèrent Eliezer et il lui donna tout de suite le bracelet, ce qui la rendit fiancée à Yitshak. Ce n’est seulement qu’après qu’il lui demanda son nom et d’ou elle venait.

Lorsqu’Eliezer rencontre Lavan et Betouel, il change l’ordre des événements. Il leur dit qu’il a d’abord demandé son nom et qu’ensuite il lui a donné le bracelet.

Rashi explique, que Eliezer avait peur que Lavan l’accuse de mentir, c’est pourquoi il a changé l’ordre.

Cela devient difficile à comprendre, lorsqu’on se souvient qu’il n’y a tout juste quelques moments, Eliezer avait raconté à Lavan le miracle qui lui était arrivé. Eliezer avait bénéficié de Kefitsat Haderekh. Il était impossible pour Eliezer qui était chargé de 10 chameaux, d’avoir traversé toute cette distance en une seule journée. Mais Hashem lui fit un miracle et ainsi qu’il le dit: “Aujourd’hui je suis parti, aujourd’hui je suis arrivé.”

Apparemment, il n’avait pas peur de raconter cela à Lavan. Il n’a pas pensé que Lavan le traiterait de menteur. Pourtant il avait peur d’admettre qu’il croyait en Hashem qui l’avait amené à la bonne personne pour Yitshak.

Pourquoi?

Voir le monde entier seulement à travers mes yeux

Il semblerait que Lavan vivait avec une règle d’or: “Fais aux autres avant qu’ils ne te le fassent.” Il était sournois, trompeur, et vivait une existence malsaine. Puisqu’il était malhonnête, il ne faisait confiance à personne non plus. Il ne pouvait accepter l’idée que quelqu’un puisse croire en Hashem. Il savait que les miracles pouvaient arriver, mais que quelqu’un d’intelligent y croie, c’était impossible.

Lavan était impliqué dans un certain mode de vie: la projection. Il projetait son point de vue sur les autres, en assumant que tout le monde était comme lui, et vivait leur vie comme lui. Il ne pouvait pas accepter que quelqu’un pouvait baisser sa garde et faire confiance en quelqu’un. C’est pourquoi Eliezer avait peur de mentionner qu’il avait fait confiance en Hashem en agissant ainsi. Il savait que Lavan ne le croirait pas et le traiterait de menteur.

La façon dont nous voyons le monde

Ce concept peut s’appliquer à la façon dont nous agissons avec les autres, mais aussi à la façon nous agissons envers Hashem.

Si une personne est attentionnée, il est facile pour elle de voir le bien chez les autres. Mais si je suis égoïste, alors je verrai cette force noire chez les autres.

Il en est de même pour notre relation avec Hashem. Souvent il nous est difficile de trouver le bien dans le monde. Ou est le Hessed? Ou est la générosité dont Hashem est censé faire preuve tout le temps?

Plus je m’entraine à donner aux autres sans rien attendre en retour, plus je verrai le bien chez les autres, et surtout je verrai cette qualité dans la façon dont Hashem conduit le monde.

Tout simplement, mes traits de caractère, n’ont pas seulement d’impact sur la façon dont je traite les autres, mais aussi sur la façon dont je vois le monde. La façon dont je vois les gens proches de moi,mais aussi Hashem, Mon Créateur, est basée sur ma perception. Ma perception est basée sur qui je suis, sur mes actes et sur ma façon de penser. Plus je m’entraîne à donner, plus je m’améliorerait, et plus j’identifierai ces qualités chez les autres et chez Hashem. Le monde entier peut changer selon ma perception.

Ceci est un extrait de la Shmuz sur le livre de Parsha..

Get The Shmuz on the go!