fbpx

Tout le monde le fait

“Vous sonnerez le Chofar d’un son entrecoupé, dans le 7ème mois, le 10 du mois; le jour du Pardon, vous sonnerez le Chofar à travers toute la terre.”

La Mitsvah de sonner le Chofar Durant le Yovel

Lorsque nous sommes sur notre propre terre, nous avons la Mitsvah de garder la Chemita, la 7ème année, et à la fin de 7 Chemitotes, pour ajouter une année de Chemita, le Yovel. Durant cette année, toute terre est en jachère, toute propriété revient à son propriétaire, et chaque esclave juif est libéré.

Le jour de Yom Kippour, au début de l’année du Yovel, nous avons la Mitsvah de sonner du Chofar publiquement.

Pourquoi nous sonnons du Chofar Durant le Yovel

Le Sefer Hahinoukh explique que la Torah nous ordonne de sonner du Chofar Durant le Yovel parce que libérer un esclave est une Mitsvah très difficile, et les propriétaires ont besoin de Hizouk. Un maître qui a eu un esclave pendant plusieurs années, est surement devenu dépendant de lui, et il est donc difficile pour lui de le laisser partir. En sonant le Chofar, on annonce publiquement, que c’est le Yovel, et qu’il est temps de libérer tous les esclaves. Le maître verra que dans toute la terre d’Israel, tous les maîtres laissent partir leurs esclaves, et donc la tâche sera plus facile pour lui.

Pourquoi est-ce plus facile quand tout le monde le fait?

Cette phrase est difficile à comprendre. Pourquoi est-ce plus facile pour un maître de se débarasser de son esclave lorsque tous les autres en font de même? Le maître est un businessman, pas un adolescent. Nous parlons d’un home mature qui fait face à un test difficile. Quelle différence cela fait-il que ce soit une Mitsvah populaire ou non? La mitsvah est difficile parcequ’on lui demande d’abandonner quelque chose à laquelle il s’était attaché, et en était devenu dépendant. Qu’est ce que cela change si toute la planète fait la meme chose, ou s’il en est la seule personne?

Comprendre la nature humaine

La réponse est basée sur la compréhension de la nature humaine.  Pendant des années, des psychologistes comme Freud ou Skinner, ont eu plein de débats sur la nature innée d’une personne. Chaque génération en a une perspective différente. Ici nous avons la perspective de Celui Qui Connait Tout, Son Créateur.

Nous, en tant qu’humains, sommes très socials. Nous sommes affectés par notre environnement. Notre perspective du monde est affectée par ce que les gens autour de nous, font. La pression que nous ressentons à travers nos pairs, n’atteint pas seulement les adolescents.  Cela affecte tout le monde. “mon groupe, “ma communauté” “mes amis”, changent ma façon de voir le monde. Finalement, ils m’aident à créer mon système de valeurs

La Torah nous enseigne que même un adulte mature, qui fait face à un test difficile, sera influencé par ce que les autre gens font. Si tout le monde fait une certaine chose cela sera plus facile pour lui de la faire aussi. Cela ne diminuera pas sa perte d’argent, et cela ne remplacera pas un bon esclave, mais cela l’aidera à avoir le courage de prendre la bonne décision.

Créer son propre entourage

Ce concept a une application bien réelle pour notre vie. Nous vivons dans un temps où la société a perdu de ses valeurs morales. Chaque fois que nous ouvrons un journal, nous voyons une autre dégradence morale. Idées, concepts, et images, qui n’auraient pas été acceptés il y a de cela quelques géneérations, sont à preésent normaux.

On pourrait penser que cela ne nous touche pas. Après tout, nous sommes différents. Nous avons une culture différente. Mais la réalité est que nous sommes humains, cela nous touche donc automatiquement.

La question est: que peut-on faire?

Tout le monde l’accepte

La Guemara utilise souvent une expression: “koulé alma lo pigli” “tout le monde approuve”. Pour les Hakhamim, leur monde était le monde entier. Si vous aviez un problème de Halakha, vous faisiez partie de ce monde. Sinon tant pis. C’est l’image d’une erspective. Bien qu’ils étaient conscients du monde extérieur,  ils avaient créé leur propre monde.

Pour rester pur dans un monde impur, nous avons besoin de créer notre monde personnel.

En quelque sorte nous avons commencé. Nous avons notre propre musique, nos propres livres, journaux… Nous avons créé notre propre culture. Mais cela a un prix. Il n’y a aucun doute que le New York Times est mieux rédigé que le Hamodia. La musique juive est limitée dans son développement. Il y a beaucoup de choses dans le monde extérieur qui ont une meilleure qualité, mais il ya aussi beaucoup d’inconvénients qui n’en valent pas la peine.

Pour certains, cela ressemblerait à un ghetto, limité, fermé, isolé du monde. Et en vrai, ça l’est. mais ce n’est pas parce que nous sommes fermés d’esprit, cela vient du fait que nous reconnaissons les problèmes de la nature humaine. Malheureusement, la réalité en est que nous ne pouvons pas juste prendre le bon et ignorer le mal. Si nous voulons vivre en tant que nation sainte de nos jours, nous devons créer une oasis de pureté. Nous devons créer notre propre monde.

Ceci est un extrait de la Shmuz sur le livre de Parsha..

Get The Shmuz on the go!